Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog publie une interview de Georg Lukács avec la rédaction de Szabad Nép, du 14 octobre 1956

Publié le par Jean-Pierre Morbois

suivie d'une adresse radiodiffusée à la jeunesse hongroise du 28 octobre 1956.

Cette publication fait suite à celle de l'"Intervention au débat philosophique du cercle Petőfi", et de l'essai "Le combat du progrès et de la réaction dans la culture d’aujourd’hui".

Toutes ces prises de position publiques de Georg Lukács se situent pendant la période de "dégel" de 1956, entre la fin de l'ère Rákosi et l'intervention de l'armée soviétique, à l'appel de János Kadar.

Lire l'article : 
http://amisgeorglukacs.org/2022/08/georg-lukacs-interview-a-la-redaction-de-szabad-nep.14-octobre-1956.html          

 

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie une intervention de Lukács au cercle Petöfi, le 15 juin 1956.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie le dossier des thèses Blum (1928)

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Parution dans la Revue Europe d'un cahier Lukács.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Publié dans Commentaires

Partager cet article
Repost0

En attendant le 2ème tome de l'Esthétique (24 juin)

Publié le par Jean-Pierre Morbois

"Si l’on peut considérer « l’Esthétique » de G. Lukács comme la continuation d’une grande tradition, c’est précisément parce qu’il rompt avec les esthétiques académiques, parce que l’art ne l’intéresse pas comme une chose isolée, parce qu’il chercher à définir – comme tous les grands philosophes depuis Aristote jusqu’à Hegel, en passant par Diderot et Kant – la fonction que l’art remplit dans l’histoire de l’humanité et dans la vie des hommes en général, le caractère qui lui permet de former une partie autonome de l’histoire et de la vie en même temps."
Agnès Heller, 1968.
En attendant le deuxième et dernier tome à paraître ce 24 juin, voici un petit survol du premier tome.
En attendant le 2ème tome de l'Esthétique (24 juin)
En attendant le 2ème tome de l'Esthétique (24 juin)
Partager cet article
Repost0

Parution de l'esthétique.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Jean-Pierre MORBOIS, co-traducteur de l'esthétique, parle de son travail :

https://www.youtube.com/watch?v=WYiJavSBDRE&t=71s
 

Par ailleurs, le Séminaire Lectures de Marx, École Normale Supérieure (13e année) organise le Lundi 16 mai 2022 une  Présentation par Guillaume Fondu de l’Esthétique de G. Lukacs (trad. J.-P. Morbois et G. Fondu).
Le tome 1 (Spécificité de la sphère esthétique) est paru en 2021 aux éditions Critiques. Le tome 2 paraîtra à la fin juin.

Le séminaire a lieu à l'ENS, 45 rue d'Ulm, dans la salle des Résistants (escalier A, 1er étage) de 18h30 à 20h30 ; il est ouvert à toutes et à tous et ne nécessite aucune inscription préalable.

 

Publié dans Bibliographie

Partager cet article
Repost0

Une photo souvenir de la semaine marxiste de l’Institut de recherche sociale de l’université de Francfort, mai 1923.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

En 1923, Lukács participe à une semaine de travail marxiste à Geraberg (Thuringe)
Debout de gauche à droite
 : Hede Massing, Friedrich Pollock, Eduard Ludwig Alexander, Konstantin Zetkin, Georg Lukács , Julian Gumperz, Richard Sorge, Karl Alexander (enfant), Felix Weil, X;
Assis de gauche à droite: Karl August Wittfogel, Rose Wittfogel, X, Christiane Sorge, Karl Korsch, Hedda Korsch, Käthe Weil, Margarete Lissauer, Bela Fogarasi, Gertrud Alexander.

Parmi les personnages qui figurent sur cette photo : 

Karl August Wittfogel (1896-1988). Il est surtout connu pour son ouvrage majeur, Le despotisme oriental, publié aux États-Unis en 1957, qui est une contribution à l’étude de ce que Karl Marx appelait le « mode de production asiatique ». Après des études de sinologie, Karl Wittfogel adhère après la guerre à l’USPD, et fait partie de la fraction de gauche, majoritaire, qui rejoint le KPD. En 1920, il rencontre Karl Korsch, et participe avec lui, trois ans plus tard, à la fondation de l’Institut de Recherche sociale (École de Francfort). En 1933, il sera incarcéré par le régime nazi, puis libéré, et pourra émigrer aux États-Unis en 1934. Il reste communiste actif jusqu’à la fin de la guerre, puis, en réaction au stalinisme, devint anticommuniste au moment de la guerre froide. À la fin de ses jours, il évoluera vers des positions néoconservatrices.

Lukàcs publie en 1925 une critique de son livre La science dans la société bourgeoise. (Berlin, Malik Verlag, 1922)

Karl Korsch, (1886-1961), philosophe, enseignant, théoricien et militant du communisme de conseils. Après la guerre, il rejoint le Parti social-démocrate indépendant d'Allemagne (USPD), dont l’aile gauche crée en décembre 1918 le Parti communiste d'Allemagne (KPD). Il devient député à la diète de Thuringe, brièvement ministre de la justice de cet État en octobre 1923 (le gouvernement ouvrier dura presque trois semaines), et de 1924 à 1928 député au Reichstag. Il fut également rédacteur en chef de l'organe théorique du KPD : Die Internationale (fondé en 1915 par Rosa Luxemburg). En 1923, il publie Marxisme et philosophie, qui marque sa rupture avec le léninisme. Il est exclu du KPD en mai 1926. En 1929, il publie L’Anti-Kautsky, la conception matérialiste de l’histoire.

Konstantin Zetkin (1885-1960), médecin, économiste et politicien allemand. Il fut un des fils de Clara Zetkin, ainsi qu'un des amants de Rosa Luxembourg.

Richard Sorge (1895-1944) révolutionnaire et journaliste allemand et soviétique. En poste en Allemagne et au Japon, il est surtout connu pour son travail d'espion au pays du Soleil Levant au service de l'URSS, avant et au début de la Seconde Guerre mondiale, où il infiltre l’Abwehr (service de contre-espionnage allemand dirigé par l’amiral Canaris) dont il devient un agent à l'ambassade allemande à Tokyo. Il est démasqué, arrêté en 1941, et pendu en 1944.

Publié dans Albums Photos

Partager cet article
Repost0

Guillaume Fondu parle de l'Esthétique

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Guillaume Fondu est agrégé de philosophie, il enseigne à l'université de Rennes. Il est le relecteur de la traduction de l'esthétique publiée par les éditions critiques.

https://editionscritiques.fr/video-lesthetique-guillaume-fondu/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=la-lettre-d-information-des-editions-critiques_57&fbclid=IwAR3RMI9lEO8V_yK8V-QA_SaEKKvIvaBXmyCngbumPc7IkCP2UKgMr1gwefo

 

 

Publié dans Commentaires

Partager cet article
Repost0

L'université de Fribourg organise un colloque sur l'actualité de l'Esthétique de Lukács

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Ce colloque a lieu les vendredi 22 et samedi 23 avril 2022.

Salle MIS 02 2122

Inscriptions : christoph.haffter@unifr.ch

 

Université de Fribourg

Av. de l'Europe 20

CH-1700 Fribourg

www.unifr.ch

 

 

L'université de Fribourg organise un colloque sur l'actualité de l'Esthétique de Lukács

Compte-rendu du Colloque :

Le colloque sur l’Esthétique de Georg Lukács, tenu à l’occasion de sa première traduction en français, s’est déroulé les vendredi 22 et samedi 23 avril 2022 à l’Université de Fribourg. Il aura réuni, devant un public essentiellement composé d’étudiants, six conférences d’environ une heure chacune, suivies à chaque fois d’une longue discussion. Cet événement trilingue aura permis aux intervenants d’échanger sur une œuvre encore négligée dans le monde francophone. Le format, où tous se concentraient sur le même livre, s’est révélé fructueux : l’objet était bien connu de tous, et en même temps tous avaient des questions irrésolues que les conversations ont pu mettre en évidence et approfondir. L’examen, à travers les différents exposés, de thèmes récurrents, aura permis de mettre en lumière leurs nombreuses facettes.

 

L’événement s’est ouvert sur une intervention de Guillaume Fondu (EHESS), co-traducteur de l’Esthétique, qui, après l’avoir située dans l’œuvre de Lukács, a soulevé le champ particulièrement vaste qu’elle recouvre, et les problèmes qui surgissent lorsqu’on veut la borner à une théorie de l’art. Il en a proposé une lecture comme une théorie du récit, notion envisagée dans un sens politique, dépassant le seul cadre de l’esthétique.

La contribution de Kristin Bönicke (Humboldt, Berlin) poursuivait l’événement par un examen de la relation forme-contenu chez Hegel, sa critique par Lukács, et l’idée propre à l’Esthétique de cette relation. Elle aura montré l’importance d’une primauté du contenu pour une esthétique marxiste, et les conditions d’une détermination de la spécificité – notion à la fois difficile à cerner et capitale chez Lukács – du reflètement esthétique.

Victor Ausländer (Uni Fribourg) aura clos cette première journée avec une conférence sur les notions de catharsis et défétichisation, thèmes centraux de l’esthétique lukácsienne et abordés également dans presque chacune des autres interventions. Il aura notamment voulu déterminer le sens, élargi, que prennent ces notions dans l’Esthétique, et leur rapport à la conception marxiste de la nature humaine.

 

La deuxième journée s’est ouverte sur une contribution de Stéphanie Roza (ENS Lyon ; CNRS), qui aura approfondi ce thème de l’humanisme dans la pensée de Lukács. Après avoir rendu compte des racines humanistes du marxisme, situées comme enjeu politique au cours du 20ème siècle, elle a mis en valeur cet humanisme, ses raisons, et son sens dans l’esthétique lukácsienne.

Jean Quétier (Uni Strasbourg) a continué cette deuxième journée par une conférence sur la réception de l’Esthétique en RDA (où elle a d’abord été publiée), notamment à travers les figures de Wolfgang Harrich, Wolfgang Heise, et Sebastian Kleinschmidt. Il a fait ressortir la place particulière occupée par Lukács dans ce contexte, et rendu compte de débats esthétiques entre ces figures, en particulier autour de la notion de totalité.

L’événement s’est clos sur une intervention de Christoph Haffter (Uni Fribourg), comparant les esthétiques de Lukács et d’Adorno, s’interrogeant notamment sur la question d’une origine de l’art, dont il a montré qu’elle se conçoit chez Lukács comme une origine toujours en cours d’actualisation. Il aura en outre mis en évidence la valeur contemporaine de l’ouvrage.

Dans l’ensemble, les discussions ont été riches, centrées sur l’œuvre, et suffisamment de temps leur a été accordé pour qu’émergent problèmes et tentatives de résolution ; elles se sont d’ailleurs poursuivies au restaurant. Une publication des actes est, avec un peu de chance, à suivre.

Partager cet article
Repost0

Le blog publie aujourd’hui un article paru le 17 avril 1919 : L’unité authentique.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Comme vous avez pu le constater ces derniers jours, votre traducteur, une fois achevées ses grandes traductions de l’esthétique et de l’ontologie, s’est lancé dans la traduction d’essais politiques, textes courts de quelques pages, dont l’intérêt est essentiellement historique. On y retrouve à la fois l’exaltation révolutionnaire du jeune commissaire du peuple de la République Hongroise des conseils, sa foi inébranlable dans la victoire imminente de la révolution mondiale sur un capitalisme ruiné et déconsidéré par la guerre mondiale, la vocation messianique qu’il attribue au prolétariat pour la mener, l’importance qu’il accorde à la conscience de classe qui se forge dans la lutte. Mais on y trouve aussi des constantes de sa pensée : l’indispensable liaison de la théorie et de la pratique, et l’éthique qui motive toute action.

Lire l'article : 
http://amisgeorglukacs.org/2022/02/georg-lukacs-l-unite-authentique-1919.html

Publié dans Commentaires

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>