Parution du livre de Karl Lauschke sur Histoire et conscience de classe.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

543 Seiten
38,00 Euro
ISBN Print 978-3-89691-085-1

Après une brève introduction, le deuxième chapitre "Histoire et conscience de classe" est examiné philologiquement et, suivant les recommandations de lecture de Georg Lukács lui-même, dans l'ordre dans lequel les essais sont imprimés dans le livre. Ce faisant, non seulement la ligne d'argumentation de Georg Lukács est retracée pas à pas, mais tous les essais sont également examinés à la recherche des modifications que Georg Lukács a apportées aux versions originales au cours de leur révision pour la publication du livre. Il est démontré que Georg Lukács a développé une théorie marxiste de la révolution et du parti tout au long de ces essais, en commençant par la question "Qu'est-ce que le marxisme orthodoxe ?" et en terminant par "Méthodique sur la question de l'organisation".

L'"essai de réification" n'est - pour parler franchement - pas du tout nécessaire pour cela, même si la discussion tourne généralement autour de cet essai. Il a essentiellement servi à la compréhension que Georg Lukács avait de lui-même, a servi de base à la révision des autres essais et constitue un complément pour ceux qui ont une formation philosophique. Le cheminement de l'argumentation de cet essai est également retracé étape par étape. À cet égard, l´étude peut également servir d'aide à la lecture.

Dans le troisième chapitre, Georg Lukács, en tant que membre dirigeant du Parti communiste hongrois (CPU) en exil à Vienne, est examiné plus en détail pour la période allant de la fin de 1919 au début de 1925. Ses analyses des développements en Hongrie en particulier - en plus de celles sur l'Allemagne - ont été peu étudiées jusqu'à présent, mais elles montrent à quel point Georg Lukács a suivi de près les événements sociaux et politiques. C'est la seule façon de comprendre la lutte des factions au sein de la CPU, qui a finalement conduit Georg Lukács à quitter le CC avec d'autres camarades. Pendant cette période d'incertitude, à partir de novembre 1921, il rédige la majeure partie du "Verdinglichungsaufsatz", en lisant abondamment "Das Kapital" de Marx, mais aussi en consultant ses œuvres pré-marxistes afin de saisir théoriquement la relation sujet-objet. À partir de juin 1922, sa "période de loisir" est terminée, car il travaille à nouveau intensivement pour la presse communiste, notamment pour l'"Internationale Presse-Korrespondenz". Compte tenu de cette situation, il ne rédige pas de nouveau texte pour le livre qu'il projette, mais reprend des essais antérieurs, qu'il révise plus ou moins, et y ajoute le "Verdinglichungsaufsatz".

Le quatrième chapitre montre que "Histoire et conscience de classe" a été publié à une époque où les communistes se disputaient déjà âprement la souveraineté d'interprétation et où Georg Lukács était enfin perçu comme le chef d'un groupe de théoriciens qui falsifiaient le marxisme. Tout a commencé avec la dispute entre Karl Korsch et Hermann Duncker, s'est amplifié lorsque le livre du "théoricien en chef" du parti communiste russe, Nikolaï Boukharine, "Théorie du matérialisme historique", a été attaqué, et a atteint son paroxysme lorsque Georg Lukács, Karl Korsch et Béla Fogarasi ont également publié des articles dans des revues russes. Après que "Histoire et conscience de classe", paru en mars 1923, ait été à peine remarqué par la presse communiste pendant plus d'un an, une vague de critiques cinglantes commence après la condamnation de Grigori Zinoviev en juin 1924. Georg Lukács répond, mais le manuscrit "Chvostisme et dialectique", qui traite également en détail de la dialectique dans la nature, n'est pas publié à ce moment-là. Le chapitre se termine par une analyse des essais de Georg Lukács sur Ferdinand Lassalle et Moses Hess dans les "Archives Grünberg", qui sont liés aux différends sur le cours politique de la CPU.

Cette étude fournit de nombreuses informations surprenantes et animera la discussion sur "l'histoire et la conscience de classe".