Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un philosophe grec publie un ouvrage sur Lukács.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

On nous signale la parution d'un ouvrage du philosophe grec

Nikos Foufas

La critique de la réification dans la pensée du jeune Lukács.

Éditeur : Ήτορ, Athènes. 160 p.

Le texte de la quatrième de couverture dit :

La présente recherche se concentre sur le concept de réification dans la pensée du jeune Lukács, dès sa période pré-marxiste, ainsi que sur une analyse approfondie du premier chapitre de son fameux essai "La réification et la conscience du prolétariat", texte central de son livre Histoire et conscience de classe (1923). En quoi consiste la réification qui, selon le désormais marxiste Lukács, est l'élément le plus fondamental de la totalité concrète du capitalisme ? En quoi consiste ce processus qui limite les relations des êtres humains ? Comment dans le royaume de la structure marchande, de la valeur d'échange et du calcul, les individus arrivent à percevoir comme uniquement réel le reifié et que seul le reifié est réel ?

Nikos Foufas est l'auteur de plusieurs livres écrits en français, parus chez L'Harmattan. Il enseigne la philosophie sociale dans l'Université des sciences politiques et sociales de Panteion à Athènes. Il s'intéresse principalement à la pensée de Hegel, de Marx et de Lukács.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=auteurs&obj=artiste&no=31092

Publié dans Commentaires

Partager cet article

Repost0

Le livre posthume de Nicolas Tertulian est paru

Publié le par Jean-Pierre Morbois

 

Table des matières

Table des matières

Partager cet article

Repost0

Colloque : « Les réalismes de Georg Lukács »

Publié le par Vincent Charbonnier

Nous sommes informés, un peu tard, malheureusement de l'organisation de ce colloque à l'Université Paris-Nanterre, les 14 et 15 novembre 2019

https://www.fabula.org/actualites/les-realismes-de-georg-luk-cs_91536.php?fbclid=IwAR3_jKaG6ADlB825wMy37km1wxcFg5AdgkFTjgXdEItV9xgP_ZBjZigl2xw

Dates et lieu :

Jeudi 14 novembre — de 9h30 à 17h
Vendredi 15 novembre — de 9h45 à 16h30

Bâtiment Max Weber, Salle Séminaire 2
Université Paris Nanterre


Programme

Première journée - jeudi 14 novembre 2019
Bâtiment Max Weber, Salle Séminaire 2

9h30 : Accueil des participant.e.s et présentation du colloque

9h45h-10h30

- Adam Takács (Université Loránd Eötvös, Hongrie): « En quête d’une « nouvelle réalité politique » : démocratie, fascisme et la question de la société socialiste dans les écrits politiques de Georg Lukács (1945-1950) »

10h30-10h45 : Pause

10h45-12h15

- Dan Hartley (Université de Durham, Royaume-Uni) : « Goethe in Moscow: Lukács’s 1930s Writings on German Literary and Intellectual History »

- Károly Tóth (Université d’Europe centrale, Hongrie): « Necessity and Actuality: A Critico-Comparative Reading of the Text Versions of György Lukács’ “Art and Objective Truth” (1934–1970) »

12h15-13h45h : Déjeuner

13h45-15h15

- Paula Alves (Université de São Paolo, Brésil) : « The ‘‘triumph of realism’’ in the context of the Lukácsian theory of realism and its limits ».

- Vincent Chanson (Université Paris Nanterre, France) : « Pour un réalisme critique. Perec lukácsien, et au-delà. »

15h15-15h30 : Pause

15h30-17h

- Veronika Darida (Université Loránd Eötvös, Hongrie): « Entre modernité et métaphysique (la théorie du théâtre selon le jeune Georg Lukács) »

- Vivien Giet (Université de Namur, Belgique): « Drame et réalisme chez Benjamin : un itinéraire lukácsien »

Deuxième journée - Vendredi 15 novembre 2019
Bâtiment Max Weber, Salle des conférences

9h45-11h15

- Clément Paradis (Université Jean-Monnet-Saint-Étienne, France) : « Allan Sekula et le mythe du réalisme en photographie »

- Konan Arsène Kanga (Université Alassane Ouattara, Côte d’Ivoire) : « L’esthétique du réalisme lukácsien. Pour une lecture critique des romans africains »

11h15-11h30 : Pause

11h30-13h

- Jérémy Elalouf (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France) : « Le problème politique des conceptions du monde internes aux œuvres d’art : une tentative de confrontation entre les approches de Georg Lukács et de Philippe Descola. »

- Timothée Haug (Université de Strasbourg, France): « Le naturalisme ontologique de Lukács à l’épreuve de la crise écologique. »

13h-14h30 : Déjeuner

14h30-16h30

- Juliette Farjat (Université Paris Nanterre, France) : « Lukács contre Searle : une analyse comparée des approches réaliste et constructiviste en ontologie sociale. »

- Matteo Polleri (École Normale Supérieure de Pise, Italie) : « Lukács et Foucault : parallèles et paradoxes »

- Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre, France) : « Sartre et Lukács »



Contact :  "Vincent Charbonnier" <vincent_charbonnier@orange.fr>

Partager cet article

Repost0

Le blog évolue.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Soucieux que notre blog des amis de Georg Lukács continue de mettre à la disposition de ses lecteurs, téléchargeables gratuitement, les textes de Lukács inédits ou introuvables, nous avons dû renoncer à la base Scribd.

Nous avons eu recours à la version « premium » d’Overblog, qui permet le téléchargement de fichiers PdF.

Tous ces textes sont regroupés dans les « pages » sous la rubrique « Pages,textes  téléchargeables en PdF ».

Un utilisateur nous a fait très justement remarquer que l'accès aux pages était difficile à partir de l'application pour smartphone, qui donne accès aux articles. Le blog est en effet conçu pour être accessible à partir d'un PC. Sur smartphone, cliquer sur les 3 points verticaux à droite de l'adresse et choisir "version pour ordi..."
Pour pallier cette difficulté, nous introduirons maintenant dans chaque "article" annonçant la parution d'un nouveau texte un lien vers la "page" concernée. 

 

Le nom de domaine est désormais :

http://amisgeorglukacs.org

Le webmestre

Partager cet article

Repost0

Nécrologie de Nicolas Tertulian

Publié le par Pierre RUSCH

Dans Le Monde daté du 25 septembre 2019, par notre ami Pierre Rusch.

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost0

Hommage à Nicolas Tertulian

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Invité par Georges Horodinca, et je m'en suis senti honoré, à prononcer quelques mots devant le cercueil de son père, j'ai dit ce qui suit :
Je ne suis assurément pas qualifié pour parler de la jeunesse de Nathan Veinstein dans la Roumanie fasciste et antisémite des années 30 et 40, de sa maturité sous le régime stalinien, des affres de l’exil, de l’époux qu’il fut pour l’écrivaine Georgeta Horodinca, du père et du grand-père. Mais je voulais me faire l’interprète auprès de sa famille de l’immense tristesse éprouvée par les élèves de Nicolas Tertulian.
Ceux qui voient en Georg Lukács, selon les mots de Guido Oldrini, (un philosophe italien ami de Nicolas Tertulian) « le penseur marxiste le plus important du 20ème siècle après Lénine », pleurent aujourd’hui le grand spécialiste mondialement reconnu de l’œuvre de Lukács, sans doute l’un des derniers à avoir personnellement connu le maître.
Depuis que j’ai diffusé sur mes réseaux la nouvelle du décès de Nicolas Tertulian, je reçois en effet des messages d’Allemagne, de Hongrie, du Brésil, du Canada, qui tous expriment la même tristesse.
Selon les mots de Nicolas Tertulian lui-même, Lukács est en effet « l’auteur d’un des derniers systèmes philosophiques. Il est arrivé à édifier une grande construction spéculative, fondée sur les prémisses de Marx, qui inclut non seulement un traité d’esthétique, mais aussi une ontologie de l’être social située dans la prolongation d’une ontologie de la nature, ainsi que les linéaments d’une éthique. »
Avec Lukács en effet, on retrouve la véritable philosophie du matérialisme dialectique, débarrassée de ses falsifications staliniennes, exempte de tout mécanisme et de tout déterminisme absolu, où la subjectivité humaine occupe sa juste place. On retrouve un marxisme authentique qui cherche à comprendre la réalité dans sa genèse, son évolution, sa structure dynamique, un marxisme qui fait de l’épanouissement de la personne humaine, dans des conditions toujours plus dignes d’elle-même, un objectif possible et souhaitable.
J’ai pour ma part rencontré Lukács dans un itinéraire de plus de 40 années de lectures marxistes, et je me suis rendu compte que la plus grande part de son œuvre, études littéraires, Ontologie, esthétique, était restée inédite en français. Poussé par l'attrait de l'inconnu, je me suis donc lancé, avec l’allemand appris au lycée et un petit dictionnaire de poche, dans la lecture d’un chapitre de l’Ontologie. Après quoi je me suis dit que peut-être, je saurais le traduire. Quinze ans plus tard, cette présomption initiale m’a mis à la tête de près de 6000 pages dactylographiées.
Entre-temps en effet, arrivé à l’âge de la retraite, j’avais personnellement rencontré Nicolas Tertulian, dont j’avais lu 20 ans auparavant Lukacs, les étapes de sa pensée esthétique, et je m’étais inscrit à son séminaire à l’École des Hautes Études de Sciences Sociales. Il y avait là Jacques Lederer, Pierre Rusch, Claudius Vellay, Didier Renault, Patrick Bobulesco, et bien d’autres. Les séances, toujours passionnantes, se prolongeaient souvent autour d’une bière au café du coin. En 2009, nous avons fêté ensemble son 80ème anniversaire. En 2010, nous avons été quelques-uns à l’accompagner à un colloque à Budapest, où, malgré son âge, il intervenait d’une voix forte et claire.
Pendant toute cette période, il m’a, avec beaucoup de sollicitude, encouragé dans mon travail de traduction, me téléphonant régulièrement pour s’enquérir de l’avancement de mes travaux, car s’il avait tout au long de sa vie écrit de fort nombreux articles analysant les œuvres de Lukács de la maturité, il attachait beaucoup d’importance à ce que ces œuvres elles-mêmes deviennent accessibles.
Après qu’il se soit retiré, il a continué à travailler à son livre Pourquoi Lukács, paru fin 2016. Je lui disais souvent plaisamment : tant que vous travaillez, c’est que vous êtes en vie. Car le travail sur Lukács était sa vie.
Ces deux dernières années ont été difficiles pour lui, avec de longs séjours en hôpital. Ma dernière visite remonte au mois dernier, le 8 août. Il m’a parlé du recueil d’articles dont Pierre Rusch préparait l’édition, et qui doit sortir le 18 novembre chez Klincksieck, sous le titre Modernité et antihumanisme. C’eut été pour lui une grande joie de voir paraître cet ouvrage. Le destin ne l’aura malheureusement pas permis.
Jean-Pierre Morbois
PS : Cet hommage insiste surtout sur l'apport philosophique de Nicolas Tertulian. Il ne parle pas assez de ses immenses qualités humaines. Je l'aimais beaucoup, et je n'ai pas trop osé le dire.

Jean-Pierre Morbois, Marcia Stemmer (une amie brésilienne) et Nicolas Tertulian, en janvier 2016.

 

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost0

Décès de Nicolas Tertulian

Publié le par Jean-Pierre Morbois

 

Nous avons l'immense tristesse de vous annoncer le décès ce 11 septembre 2019 à Suresnes de Nicolas Tertulian, grand spécialiste mondial de la pensée de Lukacs, sans doute l'un des derniers à avoir personnellement connu le maître. Il sera incinéré le vendredi 13 septembre à 15h au crematorium de Clamart, 104 rue de la Porte de Trivaux 92140 Clamart.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Tertulian

Publié dans Actualité

Partager cet article

Repost0

Le dixième chapitre de la grande esthétique est paru.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Avec la parution du chapitre 10 s’achève la traduction du premier volume de la Spécificité de la sphère esthétique, [Die Eigenart des Ästhetischen]. Le tome 11 des Werke (852 pages) a perdu sa jaquette verte, la reliure est abîmée, la tranche est devenue grise. Les pages contiennent un certain nombre d’annotations au crayon, donnant les références dans les éditions françaises des citations faites par l’auteur. Toutes ces marques d’usure sont les stigmates d’un travail entamé le 11 novembre 2016, pour la première page du premier chapitre. C’est donc une période de près de trois années de travail qui s’achève.

Nous ajoutons aujourd'hui le fichier de ce dixième chapitre à ceux des chapitres déjà traduits dans la page intitulée "La spécificité de la sphère esthétique (1963)" figurant ci-contre parmi les "Textes de Lukács".

Aller à la page de La spécificité de la sphère esthétique :

http://amisgeorglukacs.org/2017/04/la-specificite-de-la-sphere-esthetique-1963.html

Le deuxième volume, tome 12 des Werke, ne compte que 6 chapitres, mais répartis sur 872 pages. Au rythme actuel, et si le destin accorde à votre traducteur la santé et le courage de l’accomplir, c’est encore environ 3 ans de travail qui l’attendent.

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article

Repost0

Le neuvième chapitre de la grande esthétique est paru.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Vous trouverez ci contre dans les "Textes de Lukács" sous le titre "La spécificité de la sphère esthétique (1963)" les fichiers des différents chapitres déjà traduits. Nous y ajoutons aujourd'hui le neuvième chapitre : Problèmes de la mimesis V :  La mission défétichisante de l'art.

Aller à la page de La spécificité de la sphère esthétique :

http://amisgeorglukacs.org/2017/04/la-specificite-de-la-sphere-esthetique-1963.html

Il aura fallu trois mois à notre traducteur pour venir à bout de ce chapitre, et se confronter aux concepts de substance, d'essence, d'inhérence, etc...
Il s'attaque maintenant au chapitre dix, qui clôture le premier tome, dont il a commencé la traduction en novembre 2016.

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article

Repost0

György Lukács et le Roman

Publié le par Jean-Pierre Morbois

La Revue Internationale de Philosophie publie son numéro 288 (2/2019) consacré à György Lukács et le Roman. 

Ont participé à ce volume : J. Bessiere, V. Charbonnier, M. Fusillo, G. Gillespie, T. Seregi, D. Szolláth et S.Thorel.

Publié dans Commentaires

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>