Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actualite

APPEL À PAPIERS pour un numéro d'actualité de "Philosophie ouverte"

Publié le par Jean-Pierre Morbois

 

LUKÁCS ET L'HÉRITAGE CRITIQUE DE LA PHILOSOPHIE ALLEMANDE CLASSIQUE

Open Philosophy ( @TAG) invite à soumettre des soumissions pour le numéro d'actualité « LUKÁCS AND THE CRITICAL LEGACY OF CLASSICAL GERMAN PHILOSOPHY (International Georg-Lukács-Society) et Gregor Schäfer (Université de Bâle).

DESCRIPTION

En 1923, le philosophe hongrois-allemand Georg Lukács publie son premier opus magnum "Histoire et conscience de classe". Être situé à l'intersection même des questions pratiques – face à la crise profonde de la Première Guerre mondiale et au milieu des mouvements révolutionnaires qui ont suivi – d'une part et de la théorie sophistiquée d'autre part, le livre marque un événement pas seulement dans la politique révolutionnaire – provoquant une critique sévère de la part d'une partie du mouvement communiste officiel ainsi qu'un accueil intensif notamment dans les trajectoires de la vie politico-intellectuelle des années 1960 – mais aussi en philosophie. Dans ce que l'on appelle souvent, avec les projets contemporains de Gramsci et Korsch, « Hegel-Marxisme », « Histoire et conscience de classe » est certainement la conception la plus systématique. La critique de la réification – comme élucidant la structure même de la société capitaliste moderne et les formes de sa pensée – le livre élaboré de façon centrale a eu un impact profond et important sur la formation de la théorie critique ultérieure autour de Horkheimer et Adorno. De plus, on peut même lire, à certains égards, « Being and Time » d'Heidegger (1927) comme une réponse indirecte au défi de « Histoire et Conscience de classe » – et, clairement, trouver ses traces dans l'existentialisme français autour de Merleau-Ponty et Sartre.

Lukács articule explicitement « l'histoire et la conscience de classe », dont il critiquera lui-même la « sur-hégélianisation » du marxisme dans son travail ultérieur, comme une interprétation du marxisme à la lumière de l'idéalisme allemand post-kantien – principalement de Hegel mais un Iso de Schiller, Fichte ou Schelling ainsi que des philosophes post-idéalistes ancrés dans la tradition idéaliste telle que Lask. Alors que le concept de reification a souvent été discuté dans sa constellation avec la critique marxiste du capitalisme et avec la sociologie allemande, en particulier dans Weber et Simmel, malgré le label « Hegel-Marxisme », les références à l'allemand classique La philosophie marque encore un desideratum important en termes d'examens historiques et systématiques. Des concepts non seulement tels que «réification», mais aussi «totalité», «méthode», «dialectique», «nature», «conscience de classe», «histoire», «révolution» ou «sujet-objet» Lukács s'applique largement dans ses premiers travaux, mais ne peut être séparé de leur origine dans la problématique systématique centrale de l'idéalisme allemand. Dans le même temps, lorsqu'il s'agit de discussions contemporaines sur la réception de la philosophie allemande classique, Lukács reste une figure assez marginale malgré son rôle important dans les confrontations post-idéalistes avec la théorie et la pratique l impact de l'idéalisme et de sa possible réalité. Dans une ligne avec ce cadre dominant, il n'a guère été analysé en détail que l'interprétation de Lukács de toute la séquence de l'idéalisme post-kantien à partir de la problématique du "chose en soi" (Ding-an-sich) dans Kant est une très originale et productif – et il est par la présente négligé que, suite à un indice sémantique, la "réification" (Verdinglichung) peut se trouver dans une relation interne à cette très problématique au lieu d'être juste un terme sociologique ou le nom descriptif d'une pathologie sociale.

À l'occasion du centenaire de la publication, le présent appel à communications invite les soumissions originales qui visent à combler cette lacune en examinant et en discutant le dialogue "Histoire et conscience de classe" avec la philosophie allemande classique et i les conséquences. Les contributions peuvent se concentrer sur cette interconnexion en s'attachant aux concepts centraux de Lukács et à tout auteur(s) de la philosophie classique allemande et de sa tradition systématique, ou en (re-)découvrant les lignes d'accueil historiques pertinentes. Le potentiel que cette configuration a en termes de pensée critique – et à l'intérieur – notre propre présent et ses multiples crises et luttes en cours est particulièrement intéressant.

Les auteurs qui publient leurs articles dans le numéro spécial bénéficieront de :

· examen par les pairs transparent, complet et rapide, 

· voie efficace vers une publication accélérée et plein avantage de la technologie électronique de De Gruyter.

Étant donné que la philosophie ouverte est publiée sous un modèle d'accès libre, en règle générale, les frais de publication devraient être couverts par les frais d'édition d'article (APC), payés par les auteurs, leurs institutions affiliées, les bailleurs de fonds ou les sp

Les auteurs qui n'ont pas accès aux fonds d'édition sont encouragés à discuter de remises ou de renonciations potentielles avec le rédacteur en chef de la revue Katarzyna Tempczyk ( katarzyna.tempczyk@degruyter.com ) avant de soumettre leurs manuscrits

COMMENT SOUMETTRE

Les soumissions seront collectées du 1er septembre au 31 octobre 2023. Il n'y a pas de limitation de longueur spécifique.

Pour soumettre un article pour le numéro spécial d'Open Philosophie, les auteurs sont priés d'accéder au système de soumission en ligne à l'adresse suivante

Veuillez choisir comme type d'article : Lukács

Avant de soumettre les auteurs doivent lire attentivement les instructions à l'intention des auteurs :

 
 

Toutes les contributions feront l'objet d'un examen critique avant d'être acceptées pour publication

D'autres questions sur cette question thématique peuvent être adressées à Rüdiger Dannemann sur ruedannemann@arcor.de et Gregor Schäfer sur gregor.schaefer@unibas.ch En cas de questions techniques ou financières, veuillez contacter la rédactrice en chef de la revue Katarzyna Tempczyk à l'adresse suivante : katarzyna.tempczyk@degruyter.com

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

Appel aux dons pour l'annuaire Lukács 2021/22

Publié le par Jean-Pierre Morbois

 

Internationale Georg-Lukács-Gesellschaft e.V.

Chaque contribution aide !

Nous demandons des dons pour le nouvel annuaire de Lukács, qui se concentre sur l'anniversaire de "l'histoire et la conscience de classe". Veuillez soutenir le financement d'une ou plusieurs pages de l'année, même dans nos temps si difficiles !

Voici notre lien bancaire :

Internationale Georg-Lukács-Gesellschaft e.V.

COMPTE : PADERBORN-DETMOLD, COMPTE N°. 001600 21 56 Téléphone 476 501 30.

IBAN : DU 85 4765 0130 0016 0021 56 – BIC : WELADE3LXXX

Merci pour le soutien solidaire dans le passé et espérons-le maintenant !

Rüdiger Dannemann, président de l'IGLG

Contact : r.dannemann@lukacs-gesellschaft.de

ruedannemann@arcor.de

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

Parution de : Fausse et véritable Ontologie de Hegel

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Nous mettons en ligne dans les "pages" le troisième chapitre de la première partie de l'Ontologie de l'être social: 
Fausse et véritable Ontologie de Hegel

http://amisgeorglukacs.org/2021/09/georg-lukacs-ontologie-de-l-etre-social-1970.html    

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

Sur L'ontologie de l'être social.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Enfin la première partie de
Sur l’Ontologie de l’Être Social
bientôt disponible en français

Votre traducteur a commencé à travailler sur l’Ontologie de l’Être Social à l’automne 2007. L’ensemble a été achevé en mars 2010. Les Éditions Delga, qui s’étaient engagées à publier cet ouvrage dans les trois ans, ont choisi de publier en priorité la deuxième partie, en deux tomes, Le travail, la reproduction, et l’idéologie, l’aliénation, qui sont parus respectivement en 2011 et 2012.

Sur L'ontologie de l'être social.

La relecture de la traduction a été assurée par Didier Renault, que j’avais rencontré au Séminaire de Nicolas Tertulian à l’École des Hautes Études de Sciences Sociales. Didier Renault avait en son temps critiqué la traduction du chapitre Nietzsche de La Destruction de la Raison, par Aymeric Monville et j’avais recommandé à ce dernier de faire appel à lui pour la révision de sa traduction des Prolégomènes.

Le décès prématuré de Didier Renault n’a pas permis qu’il poursuive son travail sur la première partie de l’Ontologie qui reste donc inédite 13 ans après que j’ai fourni les textes aux Éditions Delga.

Me sentant désormais dégagé de tout engagement vis-à-vis de cet éditeur, j’ai ressorti ces textes de mes archives et je publie aujourd’hui l’introduction, le 1er et le 2ème chapitre de l’Ontologie, après en avoir effectué moi-même une relecture attentive qui a bénéficié des progrès que j’ai pu réaliser en allemand depuis 13 ans.

Les chapitres 3 (Fausse et véritable Ontologie de Hegel) et 4 (Les principes ontologiques fondamentaux de Marx) de cette première partie devraient pouvoir être publiés d’ici quelques semaines.

http://amisgeorglukacs.org/2021/09/georg-lukacs-ontologie-de-l-etre-social-1970.html    

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

Parution prochaine de "Raconter ou décrire"

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Les Editions Critiques annoncent la parution prochaine (21 janvier 2021) de l'essai de Lukács "Raconter ou décrire". Il avait déjà été publié en français dans le recueil "Problèmes du Réalisme", Paris, L'Arche, 1975.

 

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

Georg the doc. Un documentaire sur la vie de Lukacs

Publié le par Jean-Pierre Morbois

 
Un film documentaire sur le philosophe marxiste hongrois, esthéticien, historien littéraire et critique, György Lukács, basé sur une idée de Sotiris Bekas et la recherche de Cody J. Inglis, Agnes Kelemen, Jordan Skinner. La musique du film est composée par Sofia Labropoulou et Yannis Saxonis. Le film présente des entretiens avec Agnes Heller (philosophe Széchenyi, professeur d'esthétique et membre de l'Académie hongroise des sciences), Janos (Jimmy) Kelemen (Prix Széchenyi, professeur de philosophie et membre de l'Académie des sciences hongroise) , Vasilis Vasilikos (Auteur et diplomate / Grèce), Anselm Jappe (professeur de philosophie, d'histoire de l'art et de théorie politique et économique au Collège International de philosophie à Paris et à l'Accademia di Belle Arti di Sassari en Sardaigne), Székely Mária et Mesterházi Miklós (Archive Lukacs), Jacques Ranciere (philosophe et professeur de philosophie / France), Michael Lowy (Directeur de sociologie au Centre national de la recherche scientifique / Brésil), Judit Bardos (professeur d'esthétique cinématographique, Institut d'études de l'art et d'études médiatiques, Université Eötvötvös Loránd) , Adam Takacs (Université Eötvös Loránd), Konstantinos Kavoulakos (professeur de philosophie sociale et politique, philosophie de la culture / Grèce), Nikolaos Vlahakis (conseiller en presse et communication, diplomate / Grèce), Vera Ligeti (psychanalyste / Autriche), entre autres
Le documentaire est visible en streaming du 1 mai 23:45 au 3 mai 23:45
Version sous-titrée en anglais :
https://vimeo.com/412005635
𝐩𝐚𝐬𝐬𝐰𝐨𝐫𝐝: GeorgtheDocMay1ENG

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

Journée d'hommage à Nicolas Tertulian, 8 janvier 2020

Publié le par Jean-Pierre Morbois

 

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

M. Lifschits : L'esthétique historique de Marx et Engels.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Un abonné attentif de notre blog nous a indiqué l'existence de trois volumes des œuvres de Mikhaïl Lifschitz  parus en RDA (Verlag der Kunst, coll.Fundus-Bücher),

  • Karl Marx und die Ästhetik. Verlag der Kunst, Dresden 1960 (2. Auflage 1967) (Fundus-Reihe 3).
  • Krise des Häßlichen. Vom Kubismus zur Pop Art. Verlag der Kunst, Dresden 1971 (Fundus-Reihe 26).
  • Die dreißiger Jahre. Ausgewählte Schriften. Verlag der Kunst, Dresden 1988 (Fundus-Reihe 113–115).

et d'un article paru en Français dans Recherches Internationales n°38, 1963. 
Nous rajoutons ce dernier article en annexe au livre traduit de l'anglais sur la philosophie de l'art de Karl Marx.

http://amisgeorglukacs.org/2019/10/mikhail-lifschitz-la-philosophie-de-l-art-de-karl-marx.html

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

Nécrologie de Nicolas Tertulian

Publié le par Pierre RUSCH

Dans Le Monde daté du 25 septembre 2019, par notre ami Pierre Rusch.

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

Hommage à Nicolas Tertulian

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Invité par Georges Horodinca, et je m'en suis senti honoré, à prononcer quelques mots devant le cercueil de son père, j'ai dit ce qui suit :
Je ne suis assurément pas qualifié pour parler de la jeunesse de Nathan Veinstein dans la Roumanie fasciste et antisémite des années 30 et 40, de sa maturité sous le régime stalinien, des affres de l’exil, de l’époux qu’il fut pour l’écrivaine Georgeta Horodinca, du père et du grand-père. Mais je voulais me faire l’interprète auprès de sa famille de l’immense tristesse éprouvée par les élèves de Nicolas Tertulian.
Ceux qui voient en Georg Lukács, selon les mots de Guido Oldrini, (un philosophe italien ami de Nicolas Tertulian) « le penseur marxiste le plus important du 20ème siècle après Lénine », pleurent aujourd’hui le grand spécialiste mondialement reconnu de l’œuvre de Lukács, sans doute l’un des derniers à avoir personnellement connu le maître.
Depuis que j’ai diffusé sur mes réseaux la nouvelle du décès de Nicolas Tertulian, je reçois en effet des messages d’Allemagne, de Hongrie, du Brésil, du Canada, qui tous expriment la même tristesse.
Selon les mots de Nicolas Tertulian lui-même, Lukács est en effet « l’auteur d’un des derniers systèmes philosophiques. Il est arrivé à édifier une grande construction spéculative, fondée sur les prémisses de Marx, qui inclut non seulement un traité d’esthétique, mais aussi une ontologie de l’être social située dans la prolongation d’une ontologie de la nature, ainsi que les linéaments d’une éthique. »
Avec Lukács en effet, on retrouve la véritable philosophie du matérialisme dialectique, débarrassée de ses falsifications staliniennes, exempte de tout mécanisme et de tout déterminisme absolu, où la subjectivité humaine occupe sa juste place. On retrouve un marxisme authentique qui cherche à comprendre la réalité dans sa genèse, son évolution, sa structure dynamique, un marxisme qui fait de l’épanouissement de la personne humaine, dans des conditions toujours plus dignes d’elle-même, un objectif possible et souhaitable.
J’ai pour ma part rencontré Lukács dans un itinéraire de plus de 40 années de lectures marxistes, et je me suis rendu compte que la plus grande part de son œuvre, études littéraires, Ontologie, esthétique, était restée inédite en français. Poussé par l'attrait de l'inconnu, je me suis donc lancé, avec l’allemand appris au lycée et un petit dictionnaire de poche, dans la lecture d’un chapitre de l’Ontologie. Après quoi je me suis dit que peut-être, je saurais le traduire. Quinze ans plus tard, cette présomption initiale m’a mis à la tête de près de 6000 pages dactylographiées.
Entre-temps en effet, arrivé à l’âge de la retraite, j’avais personnellement rencontré Nicolas Tertulian, dont j’avais lu 20 ans auparavant Lukacs, les étapes de sa pensée esthétique, et je m’étais inscrit à son séminaire à l’École des Hautes Études de Sciences Sociales. Il y avait là Jacques Lederer, Pierre Rusch, Claudius Vellay, Didier Renault, Patrick Bobulesco, et bien d’autres. Les séances, toujours passionnantes, se prolongeaient souvent autour d’une bière au café du coin. En 2009, nous avons fêté ensemble son 80ème anniversaire. En 2010, nous avons été quelques-uns à l’accompagner à un colloque à Budapest, où, malgré son âge, il intervenait d’une voix forte et claire.
Pendant toute cette période, il m’a, avec beaucoup de sollicitude, encouragé dans mon travail de traduction, me téléphonant régulièrement pour s’enquérir de l’avancement de mes travaux, car s’il avait tout au long de sa vie écrit de fort nombreux articles analysant les œuvres de Lukács de la maturité, il attachait beaucoup d’importance à ce que ces œuvres elles-mêmes deviennent accessibles.
Après qu’il se soit retiré, il a continué à travailler à son livre Pourquoi Lukács, paru fin 2016. Je lui disais souvent plaisamment : tant que vous travaillez, c’est que vous êtes en vie. Car le travail sur Lukács était sa vie.
Ces deux dernières années ont été difficiles pour lui, avec de longs séjours en hôpital. Ma dernière visite remonte au mois dernier, le 8 août. Il m’a parlé du recueil d’articles dont Pierre Rusch préparait l’édition, et qui doit sortir le 18 novembre chez Klincksieck, sous le titre Modernité et antihumanisme. C’eut été pour lui une grande joie de voir paraître cet ouvrage. Le destin ne l’aura malheureusement pas permis.
Jean-Pierre Morbois
PS : Cet hommage insiste surtout sur l'apport philosophique de Nicolas Tertulian. Il ne parle pas assez de ses immenses qualités humaines. Je l'aimais beaucoup, et je n'ai pas trop osé le dire.

Jean-Pierre Morbois, Marcia Stemmer (une amie brésilienne) et Nicolas Tertulian, en janvier 2016.

 

Publié dans Actualité

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>