Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

textes de lukacs

Le blog publie un article de 1927 : de février à mars.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Cet article publié pour le huitième anniversaire de la proclamation de l’éphémère République Hongroise des Conseils (21 mars 1919) retrace cet épisode étrange qui vit les dirigeants sociaux-démocrates venir trouver en prison les dirigeants communistes pour leur proposer de fusionner leurs partis et d’assurer ensemble le gouvernement.

On sait par d’autres articles de Lukács les désillusions qui résultèrent de cette « réunification ».

Le 21 mars 1919, le comte Michel Károlyi est contraint de démissionner, et « remet le pouvoir au prolétariat ».

voir l'article dans les "pages" du blog :

http://amisgeorglukacs.org/2024/07/georg-lukacs-de-fevrier-a-mars-1927.html

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie un article de 1927 : l'Union Soviétique et la paix.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Ce texte de 1927 permet de mesurer l’ampleur des changements intervenus en moins d’un siècle : la crise du capitalisme a entraîné la montée des fascismes, accru les appétits impérialistes de l’Italie, du Japon et de l’Allemagne, et entraîné une nouvelle guerre mondiale. L’agression allemande contre l’Union Soviétique a suscité l’alliance de celle-ci avec les États-Unis et l’Angleterre.

Et puis, il y a eu la guerre froide, la victoire des communistes en Chine, les guerres de Corée et du Vietnam, les guerres de libération nationale des colonies, la victoire de Fidel Castro à Cuba.

Et puis, la grande divergence sino-soviétique, la dégénérescence du socialisme soviétique en social-impérialisme, et enfin l’effondrement des systèmes socialistes.

La Russie est maintenant dotée d’un régime mafieux, criminel, impérialiste, tandis que le Parti Communiste Chinois est devenu un parti unique à caractère fasciste, qui ne dissimule guère ses ambitions impérialistes. Qu’est devenu le « prolétariat », sujet de l’histoire selon le Lukács de l’époque ? Voilà bien des sujets de réflexion pour les marxistes du xxième siècle.

Lire l'article dans les pages du blog : 

http://amisgeorglukacs.org/2024/07/georg-lukacs-l-union-sovietique-et-la-paix-1927.html

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

le blog publie la Préface de 1967 à Histoire et Conscience de Classe.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Nous avons publié il y a longtemps dans les pages du blog une version d'Histoire et Conscience de Classe issue de la collection "Les classiques des sciences sociales" de l'Université du Québec à Chicoutimi, réalisée à partir de l'ouvrage publié en 1960 aux éditions de Minuit. 

Cette édition n'inclut pas la préface de 1967, qui a été ajoutée aux éditions suivantes, et qui a été publiée dans la revue Minuit 8 de mars 1974.
C'est ce texte que nous publions aujourd'hui.

 

http://amisgeorglukacs.org/2019/10/georg-lukacs-histoire-et-conscience-de-classe-1923.html

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie un article de 1937 : Platonov, Immortalité.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Le texte que nous présentons ici commente une œuvre de l’écrivain soviétique Andreï Platonov inédite en français (Бессмертие, Immortalité). Elle a été publiée pour la première fois dans la revue Литературный критик [Critique littéraire] à laquelle collaboraient Georg Lukács et Mikhaïl Lifschitz.

Nous sommes en 1937, à l’époque des grandes purges, des procès staliniens, à l’heure du soupçon généralisé. La recension que donne ici Lukács de la nouvelle de son ami Andreï Platonov est l’occasion pour lui de rappeler ses conceptions de la construction du socialisme, de son but ultime (l’épanouissement diversifié de la personnalité humaine) et du reflètement qu’il convient à son sens d’en faire en littérature. Le « héros socialiste » n’est pas pour lui un idéal-type parfait, mais un être en devenir, vivant, avec ses qualités et ses faiblesses, qui éduque ses collaborateurs, avec rigueur mais aussi avec bienveillance, et s’éduque en même temps lui-même.

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie un essai de 1942 : deux romans venus de l'Allemagne de Hitler.

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Dans cet essai, Lukács analyse deux romans parus en Allemagne après l'avènement du fascisme : Ernst Wiechert, Die Majorin, et Karl Benno von Mechow, Vorsommer. Les deux auteurs sont des conservateurs, mais ils ne cèdent pas à la propagande nazie et se réfugient dans l'exil intérieur.

Lire l'essai dans les pages du blog

http://amisgeorglukacs.org/2024/06/georg-lukacs-deux-romans-venus-de-l-allemagne-de-hitler-1942.html

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie un essai de 1943 : « La lumière intérieure est l’illumination la plus terne »

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Lukács s’est toujours préoccupé des problèmes d’idéologies. Celles-ci sont largement déterminées par les conditions sociales, par les luttes de classes, et c’est ainsi qu’on peut parler de « conscience de classe ». Mais quel est le siège d’une idéologie ? Un groupe social, une classe, une nation, ne sont pas des entités dotées d’une « conscience » transcendant les individus qui les composent, ces derniers ne sont pas les cellules d’un être qui les dépasse. Le siège de la conscience, c’est le cerveau de l’individu. Les actions de groupe sont la résultante des actions individuelles, chaque membre du groupe ayant sa propre morale ses propres motivations pour y participer, motivations naturellement influencées par l’entou-rage.

Lukács s’intéresse ici à l’état d’esprit de la jeunesse intellectuelle allemande en partant de l’analyse du journal intime d’un soldat allemand tombé sur le front russe.

Lire l'article dans les pages du "blog":

http://amisgeorglukacs.org/2024/06/georg-lukacs-la-lumiere-interieure-est-l-illumination-la-plus-terne.html

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie un essai de jeunesse : sur une certaine obscurité

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Ce texte est la traduction de l’essai de Georg Lukács : 
Über jene gewisse Verschwommenheit.

Il occupe les pages 132 à 139 du recueil : Georg Lukács, Ästhetik, Marxismus, Ontologie Berlin Suhrkamp, 2021, recueil de textes, parfois peu connus, choisis par Rüdiger Dännemann, (président de la Société Internationale Georg Lukács), et Axel Honneth (philosophe et sociologue allemand, directeur de l'Institut de Recherche Sociale connu pour héberger l'École de Francfort), et destinés à présenter un panorama de l’œuvre de Lukács et de son évolution.

Il s'agit d'une préface au recueil Esztétikai kultúra qui regroupe un certain nombre d'écrits de jeunesse.

Il répond aux critiques sur le manque de clarté des écrits de jeunesse de Lukács, publiés entre 1906 et 1911.

Lire l'article dans les pages du blog :

http://amisgeorglukacs.org/2024/06/georg-lukacs-sur-une-certaine-obscurite-1912.html

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie : Nietzsche appartient-il au fascisme ?

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Il est fascinant de voir quelle influence profonde l’œuvre de Nietzsche, en dépit de son contenu objectif, a exercé sur l'histoire intellectuelle contemporaine, sur nombre de grands penseurs contemporains.
Le texte que nous présentons ici, dont la rédaction  se situe entre 1933 et 1944, est contemporain de la préparation de différents ouvrages, où Lukács parle de Nietzsche, à une époque marquée par la montée du fascisme, dont il étudie les ressorts et la généalogie. Il s’agit en quelque sorte d’une ébauche, d’un document préparatoire.

Lire le texte dans les "pages" du blog :

http://amisgeorglukacs.org/2024/06/georg-lukacs-nietzsche-appartient-il-au-fascisme.html

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie un essai de 1963 : Préface à "Littérature allemande en deux siècles"

Publié le par Jean-Pierre Morbois

La publication de cette préface achève la traduction en français du tome 7 des Œuvres de Lukács  publiées chez Luchterhand.
Lire l'essai dans les "pages" du blog :

http://amisgeorglukacs.org/2024/06/georg-lukacs-preface-a-litterature-allemande-en-deux-siecles-1963.html

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

Le blog publie un essai de 1963 : Minna von Barnhelm

Publié le par Jean-Pierre Morbois

Petite comédie, plaisante, mais sans plus. Gentil marivaudage. C’est ce qu’on pourrait conclure d’une lecture superficielle, inattentive, de la comédie de Lessing Minna von Barnhelm, pour autant qu’il y ait encore des lecteurs de ce dramaturge de l’Aufklärung.

Mais le regard de Lukács, appuyé sur son immense culture philosophique, littéraire, musicale, est autrement plus perspicace. Il y voit la dialectique de l’éthique humaine, individuelle et de la rigueur stoïcienne. N’oublions pas qu’à cette époque, Lukács nourrit le projet qui devait couronner son œuvre philosophique, celui d’une grande éthique, qui n’a pas pu voir le jour. Il y décèle aussi une parenté idéologique et musicale avec Mozart.

Un texte difficile, exigeant, mais ô combien passionnant.

Publié dans Textes de Lukacs

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>